NL | FR | EN
25
Mai
Catégorie : Communication, Interprétation
Publié par: Sébastien Devogele

[Lees hier het originele artikel in het Nederlands.]

Les élections sociales 2016 ont eu lieu. Partout en Belgique, c’est l’effervescence au sein des divisions RH des entreprises employant plus 50 personnes. Le scrutin est dépouillé, les noms des élus doivent être rendus publics et le coup d’envoi de la concertation sociale dans le cadre d’un comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT) et/ou d’un conseil d’entreprise (CE) doit être donné. Une tâche ardue, vu que les procédures sont très strictes et demandent une excellente communication de la part des directions.  Hélas, c’est précisément sur ce point que le bât blesse auprès de beaucoup d’entreprises. Et c’est d’autant plus vrai lorsque la communication doit se faire en plusieurs langues.

Chaque organisation a ses propres us et coutumes, mais les élections sociales peuvent cependant donner lieu à une importante volte-face dans « la manière de faire ». Si en tant qu’entreprise, vous dépassez un certain seuil (50 ou 100 salariés), vous êtes tenu soudain à officialiser la concertation sociale sous la forme d’un comité ou d’un conseil d’entreprise. Ce qui implique que le personnel a, du jour au lendemain, des délégués comme porte-parole et un contact moins direct avec la direction. La direction, pour sa part, doit également s’entretenir avec ce même groupe restreint d’interlocuteurs, la délégation des travailleurs, qui s’exprime au nom de sa base.  Cette nouvelle forme de concertation sociale demande souvent une période d’adaptation. L’on doit s’accoutumer aux procédures, s’habituer les uns aux autres aussi, mais tout dépend essentiellement de la qualité de la communication (plurilingue).

Si Déesse n’offre pas (encore) de conseil en concertation sociale à proprement parler, en revanche, elle aide ses clients en assurant une bonne gestion du plurilinguisme que présentent ces réunions.  Les interprètes de Déesse maîtrisent parfaitement le sujet et se voient fréquemment confier l’interprétation simultanée de réunions syndicales. Il ne faut pas sous-estimer l’impact que peut avoir l’interprétation simultanée sur la qualité de la concertation sociale, lorsque les personnes présentes ne pratiquent pas suffisamment  la langue respective de chacun. Grâce aux interprètes dignes de ce nom, capables de produire une interprétation  simultanée correcte et par-dessus tout nuancée de ce qui se dit, vous évitez que les délégués (tant du côté de l’employeur que de celui des employés) ne soient obligés de s’exprimer dans une langue différente de leur langue maternelle, pour s’entretenir de sujets sensibles, voire explosifs, risquant de la sorte de faire échouer la concertation. En investissant, pour votre concertation sociale, dans une interprétation simultanée de bonne qualité, vous évitez que les négociations échouent en raison de propos erronés ou de malentendus causés par la maîtrise insuffisante des langues. À chacun son métier et les vaches seront bien gardées. Les directions savent certes comment diriger leur société. Les travailleurs et leurs délégués savent certes comment pratiquer leur métier respectif. Nos interprètes simultanés savent, eux, comment exactement reproduire l’impact de vos propos dans une autre langue.

Les interprètes de Déesse sont à votre disposition pour vous conseiller sans engagement de votre part. Vous trouverez nos coordonnées en bas de la page.

Retour à l'aperçu
Sébastien Devogele

Sébastien Devogele est interprète de conférence. Il vous tient au courant des nouveautés.