NL | FR | EN
15
Oct
Catégorie : Communication, Interprétation
Publié par: Sébastien Devogele

[Lees hier de originele Nederlandse tekst]

Il y a quelque temps, je me référais sur ce blog à une petite vidéo de Hugh Laurie, dans laquelle il s’amuse à interpréter (de manière quasi consécutive) les propos d’une actrice, produisant ainsi inconsciemment un bel exemple d’un décalage variable. Le décalage est le délai de retard que l’interprète a par rapport à l’orateur. Ce retard est variable et dépend entre autres de la rapidité avec laquelle l’orateur parle, du degré de difficulté du texte et de l’aptitude mentale de l’interprète au moment de l’interprétation.

En principe, un orateur doit très peu tenir compte de ses interprètes, hormis lors de certains moments cruciaux de son allocution. Les fidèles lecteurs de mon blog savent ce que je pense des présentations PowerPoint, mais même si elles ont l’art de m’irriter, ces présentations demeurent incontournables. Une chose est sûre :  lorsqu’un orateur passe trop rapidement d’une diapo à l’autre, le public, qui a besoin d’interprétation, manque une partie du message. Un de ces moments cruciaux, en conséquence, où il faut tenir compte de vos interprètes. À qui la faute ? Vous l’avez deviné : au décalage.

Il n’est pas rare que les conférenciers aient tendance, particulièrement en commentant  des graphiques et des tableaux, de se référer pour ainsi dire physiquement à leurs diapos. « Ici à droite », « au bas du graphique », commentent-ils alors. En soi, cela ne pose pas de problème. Sauf quand des interprètes sont impliqués. N’oubliez pas qu’un interprète a toujours un peu de retard par rapport à son orateur. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Un orateur finit de commenter sa diapo et passe directement à la suivante. Cet orateur doit réaliser qu’à ce moment, à cause du décalage, l’interprète parle encore de la diapo précédente. Si l’orateur termine de commenter une diapo en disant que « la courbe bleue à droite atteint brusquement des sommets », cela arrivera aux oreilles du public alors que celui-ci regarde déjà la diapo suivante. Une façon de communiquer qui n’est pas des plus élégantes. Parfois les interprètes peuvent y remédier et anticiper afin d’être en phase avec l’orateur, mais cela ne réussit pas toujours. Ce qui marche toujours en revanche, c’est quand l’orateur attend quelques secondes avant de passer à la diapo suivante.

Un bref moment d’arrêt à point nommé ne ruine pas le rythme de votre présentation. Au contraire : vos explications sont ventilées, le public peut respirer et assimiler vos derniers mots. Quelques secondes suffisent aux interprètes pour terminer soigneusement leur traduction et donnent à l’orateur le loisir de se concentrer avant de poursuivre. Que des avantages, en somme. Tout cela au bénéfice du public : n’est-ce pas ce qui importe ?

Retour à l'aperçu
Sébastien Devogele

Sébastien Devogele est interprète de conférence. Il vous tient au courant des nouveautés.