NL | FR | EN
15
Sep
Catégorie : Communication, Linguistique, Traduction
Publié par: Sébastien Devogele

[Lees hier dit artikel in het Nederlands]

Les dictionnaires de traduction sont pratiques. Pour les traducteurs et les interprètes certes, mais aussi pour celui qui souhaite s’exprimer dans une autre langue et qui recherche un mot bien précis. Dans un ancien article de blog, je vous avais déjà fait part que les traducteurs et les interprètes ne sont pas des dictionnaires.

Le danger des mots hors contexte

Penchons-nous à présent sur le danger que représentent les dictionnaires, et plus précisément les dictionnaires de traduction. Vous avez dit danger ?! Les dictionnaires sont-ils dangereux ?  Oh que oui ! Car ils donnent rarement suffisamment voire jamais de contexte. Prenons quelques exemples dans notre glossaire gratuit bilingue relatif à la concertation sociale, qui, comme le dit son nom, est un glossaire. Sans contexte donc.

Vous parlez du rachat d’actions dans une société avec un collègue néerlandophone. Vous savez que société en néerlandais se dit : vennootschap. Vous savez même que l’on dit : de vennootschap. Mais comment traduire action ? Vous consultez notre glossaire bilingue. Et vous trouvez le mot actie. En toute logique, vous en faites donc acties in een vennootschap. Malheureusement, vous êtes tout à fait à côté de la plaque. En néerlandais, lorsque l’on parle d’une société, l’on utilise le mot aandeel et non pas actie. Le mot actie est plutôt utilisé dans le contexte d’une grève. Si vous faites une recherche Google pour acties in een vennootschap overnemen, vous verrez que d’autres solutions bien meilleures vous seront proposées.

Encore un dernier pour la route. Vous rédigez les minutes de votre conseil d’entreprise et vous souhaitez les traduire en néerlandais. Mais comment traduire minutes dans le titre ? Notre glossaire vous donne la bonne traduction : notulen. Mais est-ce réellement la bonne traduction dans ce contexte ?  Non. Verslag convient mieux.  (Nous vous conseillons par ailleurs, d’utiliser le terme procès-verbal et non pas minutes.) Vous voyez peu à peu que reprendre simplement des traductions d’un dictionnaire de traduction ou d’un glossaire, n’est pas une bonne idée.

L’importance de choisir le bon mot

Bon nombre pensent que la traduction n’est qu’une transposition d’une suite de mots pris séparément. Et ils ont tort. Les mots ne sont quasiment jamais seuls. Ils sont utilisés dans leur contexte et font passer un certain message. Les traducteurs et les interprètes transposent ce message et utilisent dans ce cadre, des mots corrects mais surtout justes. Et ce ne sont pas nécessairement les mots (tout aussi corrects) renseignés dans un dictionnaire de traduction.

Notre glossaire et autres dictionnaires de traduction sont-ils dès lors totalement inutiles ? Non, pas du tout ! Pour autant que vous vérifiiez les traductions en fonction du contexte. Les traductions du glossaire sont correctes, mais peut-être pas adaptées à la phrase dans laquelle vous souhaitez les utiliser. En règle générale, plus le sens d’un mot est large, plus il est dangereux d’utiliser celui-ci sans faire plus attention. Plus la signification est spécifique, plus l’utilisation est sûre. Mais vous ne pouvez jamais être certain tant que vous n’avez pas contrôlé l’utilisation du mot.

Demandez l’avis d’une agence de traduction comme Déesse car après tout, l’on n’est jamais assez prudent.

Retour à l'aperçu
Sébastien Devogele

Sébastien Devogele est interprète de conférence. Il vous tient au courant des nouveautés.