NL | FR | EN
19
Jan
Catégorie : Commercial, Traduction
Publié par: Marie-Hélène de Cannière

Juin, l’été était bientôt à nos portes. Et chez Déesse aussi. Une période caractérisée ces dernières années par une baisse des demandes de traduction et d’interprétation. Une occasion rêvée de se pencher sur quelques points fondamentaux. Une opportunité pour continuer à harmoniser notre administration, à adapter les accords en interne, à insuffler une nouvelle vie au marketing, à développer des initiatives pour l’automne prochain, et bien plus encore.

Mais l’été 2017 a résolument rompu avec cette tradition. En effet, cette année, nous nous sommes vus confier un projet de traduction de grande ampleur qui s’accompagnait de défis bien spécifiques.

En quoi consistait exactement ce projet de traduction ?

L’un de nos clients, un acteur important au sein du marché du traitement des déchets actif sur tout le territoire belge, fait régulièrement appel à nos services tant de traduction que d’interprétation, principalement pour les réunions dans le cadre de la concertation sociale. Cette société s’est lancée le défi d’harmoniser, en collaboration avec un consultant externe, la classification interne des fonctions dans les différentes régions. La société actuelle est en effet le résultat de toute une série de rachats. Toutes ces sociétés rachetées avaient leur propre classification de fonctions. Il était donc grand temps pour notre client d’harmoniser le tout. Il a tout d’abord rédigé les descriptions de fonction en anglais, qui est la langue de travail officielle de l’entreprise. Mais il devait également disposer d’une version francophone et néerlandophone dans le cadre de la concertation sociale.

Un jeu d’enfants ? Ou pas ? Déesse a dû relever plusieurs défis dans le cadre de cette demande.

Le choix des traducteurs et des réviseurs

L’on pourrait penser que Déesse confierait « tout simplement » ce projet à deux traducteurs et à deux réviseurs avec l’anglais/le français ou l’anglais/le néerlandais comme combinaison de langues. Mais si Déesse avait choisi d’agir de la sorte, le résultat obtenu ne serait pas celui escompté. Il était important pour notre client de garantir la cohérence des deux traductions ou si vous préférez, que les moindres petites nuances soient identiques en néerlandais et en français. Sinon, ils risquaient de bloquer la concertation en raison des incohérences entre les deux versions traduites de la classification de fonctions . Cette situation était bien entendu tout bonnement inconcevable.

Heureusement, Déesse disposait du talent nécessaire en interne pour ce projet. Nos collaborateurs sont non seulement familiarisés avec le vocabulaire du client en question mais aussi avec la terminologie générale relative à la concertation sociale. Par ailleurs, Déesse a également mis au point le glossaire bilingue de la concertation sociale en collaboration avec Social Dialogue Network. Un glossaire qui pouvait jusqu’à un certain point aussi être utilisé pour ce projet (même si aucun équivalent anglais n’y est mentionné). Vous pouvez, vous aussi, vous inscrire gratuitement à la version en ligne du glossaire.

Grâce aux traducteurs et aux réviseurs appropriés, nous avons déjà pu garantir l’un des objectifs de qualité de ce projet : une traduction correcte de l’anglais en français et en néerlandais. Il nous restait cependant encore à régler deux points complexes : l’harmonisation du vocabulaire du client et la cohérence parfaite entre la version francophone et la version néerlandophone. Pour ces deux défis, Déesse a appliqué l’approche qui, selon notre humble avis, fait la différence dans l’ensemble de nos projets : la concertation.

Curieux/se de connaître la suite de l’histoire ? Cliquez ici. N’attendez plus et inscrivez-vous à notre newsletter  pour ne plus rien rater !

 

Retour à l'aperçu
Marie-Hélène de Cannière

Marie Hélène est employée chez Déesse en tant que traductrice et Business Developer. Elle combine un master en traduction, un MBA en Marketing Management et un doctorat en sciences économiques appliquées.